Petit déjeuner à l’école, un menu chargé d’histoire

Petit déjeuner à l’école, un menu chargé d’histoire

A la rentrée prochaine, le repas du matin sera assuré aux enfants défavorisés. Le verre de lait de Pierre Mendès France n’est pas loin.

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, a profité du printemps pour l’annoncer : à compter de la rentrée prochaine, les enfants des quartiers défavorisés se verront proposer un petit-déjeuner à l’école. Le dispositif concerne environ 100 000 enfants et son coût est évalué à 6 millions d’euros pour l’année 2019. Cette mesure est intégrée au plan pauvreté présenté par le gouvernement à la fin de l’année dernière, et qui s’appuie sur une enveloppe globale de 8,5 milliards d’euros. 

Ce n’est pas la première fois que les pouvoirs publics se soucient de l’alimentation des écoliers, et surtout de la nécessité de la renforcer. L’épisode le plus connu remonte à 1954 : Pierre Mendès France est alors président du Conseil et il décide d’instaurer un verre de lait quotidien. La seconde guerre mondiale n’est pas si loin et les effets de la dénutrition sur les enfants continuent de se faire sentir. Pour appuyer sa démarche, le dirigeant se sert d’un slogan : «Pour être studieux, solides, forts et vigoureux, buvez du lait !». L’initiative de Pierre Mendès France ne surgit pas de nulle part : avant la guerre, quand il était alors député de l’Eure, il avait décidé pendant l’hiver 1937-1938 la distribution aux enfants d’Evreux d’un tiers de litre de lait par jour.

Dans les années cinquante, combattre la dénutrition mais aussi l'alcoolisme

La dénutrition n’est pas la seule explication à la décision de Mendès France en 1954. Il s’agit aussi de combattre l’alcoolisme car, à cette époque, en lieu et place de lait, il n’est pas rare de donner du vin ou de la bière aux enfants, deux boissons qui sont encore parées de vertus fortifiantes ! L’offensive de Mendès France va plus loin que la ration de lait quotidienne : en 1956, il interdit toute distribution d’alcool dans les écoles aux enfants de moins de 14 ans. Ce qui signifie que les plus âges, avec l’accord de leurs parents, peuvent continuer à consommer des produits ne titrant pas plus de trois degrés d’alcool. Il faudra attendre 1981 pour voir l’alcool définitivement bannie des établissements scolaires. Une circulaire est adoptée, sous la présidence de François Mitterrand, qui stipule que «l’eau est la seule boisson hygiénique recommandable à table».

La France n’a pas le monopole de la distribution de lait à l’école : à partir de 1976, subventions à l’appui, l’Union européenne a lancé un programme décliné dans les différents pays mais que ceux-ci peuvent adapter relativement librement. On peut enfin rappeler qu’au regard de nombreux nutritionnistes, le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée.    

Frédéric de Monicault

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter