Un calendrier magique de 1896

Un calendrier magique de 1896

Parmi les trésors disponibles dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, figure ce Calendrier magique, qui mêle astrologie, sorcellerie et ésotérisme.

Plus de pépites à voir sur

 

Voilà un bien curieux objet, fruit de la collaboration de trois hommes. De l’auteur du texte, Austin de Croze, nous savons assez peu de choses : gastronome, musicien, il a laissé des romans et des chansons. L’illustrateur, Manuel Orazi, est bien plus connu : on lui doit notamment la sublime affiche de la pièce de théâtre Théodora de Victorien Sardou, dans laquelle l’impératrice était interprétée par Sarah Bernhardt. Le commanditaire est un personnage fondamental pour l’histoire de l’Art : Siegfried Bing. Marchand d’art, il est un des grands promoteurs du japonisme à partir des années 1875. Au tournant du XXe siècle, il ouvre une nouvelle galerie à Paris, rue de Provence, en 1895 : la « Maison de l’Art Nouveau ». Le public parisien y découvre les bijoux de Lalique, les céramiques de Tiffany, les tableaux d’Edouard Vuillard ou de Maurice Denis.

Le Calendrier magique de 1896. Astrologie, sorcellerie, ésotérisme au programme

Le Calendrier magique pour l’année 1896 mêle de nombreuses influences. Astrologie, sorcellerie, ésotérisme forment les grands thèmes des illustrations. Les compositions mélangent harmonieusement les manuscrits enluminés du Moyen Âge et la tradition symboliste. Le Calendrier magique est également très révélateur du goût du public pour un érotisme sombre, où la femme tentatrice et démoniaque apparaît toute-puissante. Comment ne pas songer aux estampes d’Odilon Redon, et encore davantage au monde infernal et onirique de Félicien Rops ? Le petit livret se termine par un texte paradoxal sur la lutte du Bien et du Mal. Les rituels de sorciers sont dénoncés. Ils ne deviennent qu’un simple prétexte à la création artistique !
Frédéric Manfrin, chef du service Histoire de la BnF

Légende :
Calendrier magique, estampe, 1896. Lithographies de Manuel Orazi, textes d'Austin de Croze.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RÉSERVE FOL-DC-3684 (1)

Plus de pépites à voir sur